jeudi 22 octobre 2015

Le Phoenix

S'il y a une chose à laquelle je ne m'attendais pas en faisant des savons, c'est retrouver cette inspiration familière et oubliée, vécue avec le dessin, la peinture et la sculpture durant l'enfance, l'adolescence et la jeune vingtaine. Je me souviens très bien de cet état hors du temps qui a fini par m'effrayer, tant il était agréable, mais loin des autres.

Il m'arrivait souvent de commencer à peindre et lever les yeux sur l'horloge pour réaliser, les cheveux en broussailles et de la peinture un peu partout, que 6 heures étaient passées. Parfois, la nuit était arrivée sans que j'aie vu le soleil se coucher. D'autres fois, il faisait jour alors que j'avais commencé à peindre en soirée. Je n'avais ressenti ni la faim, ni la soif, ni le sommeil, absorbée par mes couleurs, mes pinceaux et la toile.

Il est arrivé un moment où la réalité s'est imposée simplement. J'adorais ça, mais en vivre est assez utopique. Beaucoup d'appelés, peu d'élus et énormément de sacrifices, que je n'étais pas prête à faire. J'ai donc laissé pinceaux et toiles pour faire autre chose.

Maintenant, en jouant avec cette pâte à savon qui naît sous mes mains, je retrouve la même sensation de temps-qui-s'arrête. Transportée, envolée, calme, joyeuse, concentrée, besoin de rien, ni de personne, c'est entre la pâte et moi!

Le feu dans ma tête est sans cesse alimenté. Mlk qui colore son savon avec du paprika, il n'en faut pas plus pour démarrer le feu roulant. Ça, et les marbrages au cintre de Ione Evangeline Geist, si généreusement partagés sur sa chaîne YouTube. Tout comme j'aimais faire toutes mes couleurs à l'huile avec seulement les 3 couleurs primaires, du noir et du blanc, il me plaît de chercher comment colorer avec des plantes et des épices, sans toutefois tourner le dos aux micas et oxydes. Les énigmes me plaisent.

Entre ceci et cela, j'ai eu envie de noir, blanc, rouge feu et jaune discret. Cette envie m'a donné le nom du savon : Le Phoenix. Pourquoi un phoenix? Je trouve que la vie nous en balance des pénibles, parfois. On peut s'écrouler. On peut saisir l'opportunité de se relever, plus fort, plus fragile, plus fort de cette fragilité assumée. Renaître de ses cendres et accepter les transformations.

Voici donc mon savon Phoenix :


Voici la formule (inspiration mlk) :

Huile d'olive extra vierge : 30%
Huile de noix de coco : 30%
Huile de pépins de raisin : 15%
Beurre de mangue : 12%
Beurre de cacao : 8%
Huile de ricin : 5%

Eau déminéralisée et soude calculés pour 800g d'huiles avec surgras de 5% (en prévision des ajouts pour un surgraissage plus important au final)

Charbon noir activé avec huile de pépins de raisin
Dioxyde de titane avec huile de pépins de raisin
Oxyde jaune de Naples avec huile de pépins de raisin
Macération huileuse de paprika filtrée après 5 jours
Macérat de calendula ajouté à la pâte principale pour la colorer légèrement

HE tangerine 5 fold 15ml
HE orange douce 10ml
HE pamplemousse rose 5ml
HE clou de girofle 5 gouttes
HE benjoin 5 gouttes

Pour le marbrage, c'est un mouvement du cintre dans la pâte. Ici à 14m16s. Je n'ai rien inventé, mais oh comme ça m'a inspirée!

J'ai eu une petite suée quand même, il y avait un peu trop d'huile paprika dans la portion de pâte utilisée pour colorer. Alors que je versais, je pouvais voir sa texture changer. Lorsque j'ai terminé, le savon suintait un peu. Voyez par vous-même, dans les coins du moule :


Pour finaliser le dessus du savon, j'ai mélangé toutes les couleurs qui restaient, sauf le noir. J'ai recouvert le savon de cette pâte couleur corail clair, puis arrosé avec la pâte noire et joué de la baguette très légèrement, en surface seulement.

Bien recouvert 24 heures, le savon a été bon joueur et madame Soude s'est chargée des huiles excédentaires pour uniformiser le tout sur son passage. Fiou!






samedi 17 octobre 2015

Folies marbrées

- "C'est grave, docteur?"
- "Rassurez-vous madame : marbragite aigüe. Des crises bénignes, qui s'estompent naturellement."
- "Il n'y a pas de pilules contre ça?"
- "Non, désolé, mais les crises peuvent se calmer. Gardez espoir!"

Igloos dans la neige





Bon. D'accord. On garde espoir, mais là ça suffit les sapins!
...
Les folies cintrées, inspirées du "Lovely Lavender" de Ione Eve




Comme si c'était pas assez, j'ai attrapé le naturalitis coloris. Et puis quoi encore? Pfff.

(Ici, cacao, plantain-qui-s'est-perdu et calendula)

Le spinning swirl me fait de l'oeil grave. Impossible de résister. En plus, ça donne des savons Rorschach, quand on joue de la baguette après avoir tourné le savon dans son moule...



Dis-moi ce que tu vois, je te dirai qui tu es...
...
...
Mais non voyons! Y a que toi qui le sais!
Enfin, j'espère pour toi ;)


Lotion tonique à base d'hydrolats

"..., la plupart des huiles essentielles sont obtenues par distillation à la vapeur d'eau. Lors de la distillation, la fraction non soluble dans l'eau (les huiles essentielles) est séparée de la fraction soluble dans l'eau (les hydrolats, ou hydrosols). Comme ces derniers sont beaucoup moins concentrés en molécules actives que les huiles essentielles, on les a longtemps considérés comme de simples "co-produits". Erreur! Eux aussi présentent des propriétés (...) et leur grande "douceur" les rend bien plus faciles d'emploi." Danièle Festy, Ma bible des huiles essentielles, éd. Caractère, 2013, p. 30

Je l'ai dit et le répète : un hydrolat n'est pas une infusion!

Eh bien moi, j'ai la chance de connaître une gentille en France qui fait ses hydrolats et j'ai eu le privilège d'en recevoir, désolée si ça fait des jalouses ^_^

Toujours dans le but de trouver le Graal les soins adaptés à ma peau mixte, déshydratée et difficile à contenter, j'ai eu cette inspiration, à verser dans un flacon vaporisateur et conserver au frigo :

125ml hydrolat de fleur d'oranger (culture sans pesticide) : pour rehausser le teint, rafraîchir, tonique pour la peau et le moral.
50ml hydrolat de camomille romaine bio : pour apaiser, régénérer, purifier, effet calmant sur la peau et le moral.
25ml hydrolat de menthe poivrée bio : pour resserrer les pores de la peau, assainir et rafraîchir.
25ml hydrolat de géranium : une merveille reçue de France (merci Sylvie) à l'odeur fabuleuse (d'habitude, j'ai du mal avec le géranium, mais là, c'est exquis!)! Pour purifier et apaiser.
25ml hydrolat de ciste (cueillette sauvage) : encore une merveille de Sylvie! Pour réparer, cicatriser, soin spécifique couperose et/ou acné rosacée. Pas facile à trouver au Québec celui-là, mais Éco Cosmétiques en a!

Simple comme tout! On assemble les hydrolats et on verse dans un contenant vaporisateur préalablement désinfecté. Je n'ajoute pas de conservateur, car les hydrolats que j'achète sont de très bonne qualité et très stables (la ruine!). Cependant, je garde le soin au frigo. Matin et soir, je vaporise sur le visage avant d'appliquer une crème ou un sérum, ou pas.

Le résultat sur ma peau? (merci Loulou de me rappeler à l'ordre)

Je suis ravie! Peau plus souple, hydratation à la hausse, zones grasses vraiment moins grasses, teint plus égal. Peut-être que le fait de coupler ce soin avec ma crème à l'ester de sucre a un lien avec cette amélioration. Win-win!


samedi 10 octobre 2015

Quand la tempête s'empare de ton sapin...

La prise 1, j'en ai parlé ici.
La prise 2, ici.

Mais ça ne me lâche pas, l'idée du bleu et du parterre enneigé dans mon savon tableau de paysage d'hiver. Léger TOC? On s'en fout, non?

Au moment où j'écris ceci, le savon repose dans son moule dans le four à 60ºC pour encore une heure. J'ai voulu tenter le SAFOUR dont parle cette chère Patsch, sauf que je vais être franche : je n'ai aucune idée pourquoi je fais ça, si ce n'est pour voir c'est quoi ça fait. Faciliter le démoulage? Éviter la cendre de soude? Provoquer une phase de gel (dont je ne connais encore rien, j'ai tant de questions!!!)?

Encore une fois, je pensais bien contrôler ce qui se passait : recette, couleurs, HE, trace, MAIS je voulais tellement avoir le temps de travailler mon marbrage que j'ai travaillé avec une trace bien trop légère pour le vert et le bleu, puis beaucoup trop épaisse pour le blanc. La raison de cela : je n'ai que deux bouteilles avec bec verseur, elles devaient contenir le blanc et le vert. Je me suis trompée, j'ai mis la pâte bleue dans la bouteille, au lieu de la pâte blanche. Résultat : le blanc est resté dans une tasse à mesurer et a épaissi rapidement, pendant que la pâte dans les bouteilles restait désespérément fluide.

Contrariée, j'ai failli en oublier mon cylindre alors je l'ai mis tout en haut et j'ai eu juste assez de pâte pour le recouvrir.

Comme si c'était pas assez, juste avant de lever le cintre, je l'ai accroché, il a dévié. La mort dans l'âme, je l'ai soulevé en dessinant un sapin à l'aveuglette et je suis repassée par le côté pour remonter en ligne droite.

Ma prévision : un beau gribouillis vert, bleu et blanc, qui n'aura rien d'un sapin. Ça c'est si j'avais bien repéré ma trace, même légère. Sinon, ca va déphaser.

Quelle galèreeeee!

La recette, qui a donné une pâte d'une blancheur immaculée au naturel (MERCI MICHÈLE!)
En %

Huile de noix de coco extra vierge bio : 26%
Huile de palme : 22%
Huile d'arachide : 40%
Beurre de mangue : 10%
Huile de ricin : 2%

Eau et soude calculés pour un surgras de 8%

Mélange d'HE fait spontanément, avec ajouts divers pour corriger des erreurs, genre mettre du pin sylvestre dans un mélange de lavande, eucalyptus et menthe poivrée ÇA SENTAIT PAS BON, alors correction avec menthe verte et thé des bois. Pas ma plus belle réussite, mais de toute façon, on ne sait jamais ce qui reste de ce qu'on met...

Les gras à fondre (coco, palme et beurre de mangue)

Les huiles à température ambiante (arachide et ricin)

Le cylindre de savon pour l'inclusion

Les couleurs - le bleu est un mélange d'ultramarine, mica bleu et dioxyde de titate

Cette fois, entre le cintre et moi, c'est moi qui ai gagné!

Impossible de deviner ce que ça donnera...

Au moins on voit que le savon naturellement blanc est blanc.

Voilà, nous sommes 24 heures plus tard. Le savon a été facile à démouler, mais il était couvert de bulles sur les côtés et en dessous, j'ai dû passer le couteau partout pour enlever ça.


Une membre d'un groupe FB de savonnières m'a mise sur la piste d'un coupe-savon pas cher du tout et très pratique : un coupe-fromage (merci encore Tania)! Commandé jeudi, reçu vendredi, testé aujourd'hui. Bon, je vais trouver une façon de remplacer la corde en inox par une corde de guitare, car ça me plaît mieux. La coupe n'est pas parfaitement droite et il faut bien s'enligner, sinon on accroche le savon ou on ne peut plus descendre. Néanmoins, je trouve ça bien pratique pour faire des tranches égales, suffit de tracer un trait sur le marbre pour se guider et hop!


Le résultat? Il est dans le titre! Voici ce qui arrive quand la trace est trop légère :


Le cylindre trop haut perché a glissé sur le côté près du moule, probablement quand je jouais des baguettes sur le dessus du savon.




Il n'y a plus de sapin, mais j'ai encore appris des trucs. Puis c'est joli quand même! C'est la version la plus proche du croquis que j'avais en tête au départ...



Y aura-t-il une prise 4? (ricanement démoniaque)

vendredi 9 octobre 2015

Sérum aux 6 huiles et 6 HE

Voici un sérum concocté dans un moment d'inspiration.
En avez-vous, de ces moments-là?
On se sent soulevée de l'intérieur et tout à coup, on est OBLIGÉE de sortir les baguettes magiques et faire son truc, sinon ça créera une pression en dedans, insoutenable. L'urgence de faire.

Alors, sortir les huiles, désinfecter contenants et instruments. Ensuite, ça a été rapide : j'ai déposé la bouteille directement sur la balance et tout mesuré en ajoutant les ingrédients à même le flacon avec une pipette, non 3 pipettes! 1 pipette pour l'argan, 1 pipette pour la rose musquée et 1 pour les 4 autres. Je ne voulais pas abîmer mes précieuses huiles, si terriblement onéreuses...

Pour un flacon en verre ambré de 30ml (en grammes) :

6 huiles végétales (bon bon d'accord il y a 2 fois jojoba mais pas avec les mêmes plantes macérées!)
Huile de rose musquée 5
Huile d'argan 5
Macérat de calendula dans noyaux d'abricot et coco fractionnée 5
Macérat lavande dans jojoba 5
Macérat rose dans jojoba 5
Huile de coco fractionnée 5

6 huiles essentielles
Ciste ladanifère 2 gouttes
Hélichryse italienne 2 gouttes
Bois de rose 4 gouttes
Lavande vraie 4 gouttes
Camomille noble (10% dans jojoba) 4 gouttes
Bergamote sans furocoumarines 4 gouttes

Vitamine E 0,3

C'est un sérum qui sent bon et quand j'y pense, j'en mets le soir 2-3 gouttes que je chauffe dans les paumes de la main et que j'étends avec des grands gestes en insistant surtout sur les zones sèches. Ce soin n'est pas quelque chose que j'utiliserais quotidiennement, mais de temps en temps, ça fait du bien!


lundi 5 octobre 2015

Le bal estival des macérations

Il y a eu plusieurs rencontres entre huiles et plantes sous le soleil d'août, dans la fenêtre de ma cuisine. J'ai envie de vous en parler.

Au menu DIY aujourd'hui, il y a les pétales de roses de Damas séchées et bio (Coop Coco), la lavande bio (Alchimiste en herbe) et la camomille allemande bio (Coop Coco).

Pour la lavande et la camomille, j'ai choisi une macération "classique" : j'ai mis les fleurs dans un pot en verre stérilisé, recouvert d'huile de jojoba, enrobé le pot en verre avec du carton obscur pour protéger de la lumière, couvert et laissé 4-5 semaines dans la fenêtre la plus ensoleillée. Si l'odeur de la lavande est extrêmement discrète dans le résultat final, celle de la camomille est absolument divine. Elle suffit à elle seule à parfumer un baume à lèvres ou une crème. J'adore!

Pourquoi la rose, la lavande et la camomille allemande? Parce que ces fleurs guérissent, apaisent, adoucissent. Parce que ces fleurs me transportent un peu plus haut, un peu plus loin, comme dans la chanson...

Pourquoi le jojoba? Parce que ces macérations serviront pour mes concoctions cosmétiques, parce que cette huile est parfaite pour les peaux mixtes et grasses et qu'en plus, elle ne rancit pas.

Est-ce l'huile la mieux indiquée pour extraire un max de propriétés des plantes? Pas sûre, mais c'est celle-là que j'ai choisie cette année.

Je suis tombée sur ce ... euh ... truc (voir image) dans une vente de garage, pour quelques sous. Je m'en sers pour filtrer mes macérations, je mets un filtre à café dedans et ça m'évite d'avoir à filtrer 2 fois, mais c'est loooong.

(Si quelqu'un sait comment ça s'appelle, ce truc, me le dire dans les commentaires, vous aurez ma reconnaissance éternelle) :D - Merci à tous ceux qui m'ont donné le nom du "truc" : un chinois. Voilà.

La lavande



La camomille



Pour la rose, j'ai plutôt choisi une macération avec intermédiaire alcoolique. J'ai arrosé mes pétales de façon à les imbiber (sans que ça coule quand on les presse) avec de l'alcool à 94% et laissé reposer 2 heures. Ensuite, j'ai mis au blender et recouvert d'huile de jojoba, puis en enlevant l'embout sur le couvercle, j'ai mixé jusqu'à temps que l'huile devienne chaude. J'ai filtré et mis en pot. Si c'était à refaire, je passerais un coup au bain-marie pour évacuer l'alcool complètement.




Après 2 heures dans l'alcool, on peut constater que la quantité a doublé et la couleur qui est plus vive.


On ne voit pas bien sur la photo, mais l'alcool qui s'évaporait faisait un nuage de fumée qui s'échappait par le haut.


Belle couleur! Hélas, l'huile filtrée n'est pas rouge du tout, même pas un peu.



Les pétales broyés, que j'ai récupérés dans un savon


J'ai aussi reçu du ciste séché de 2 gentilles de France, un ciste sauvage du Portugal et un autre du sud de la France. J'ai fait une teinture avec le ciste du Portugal bourré de résine odorante, pour piéger son odeur enivrante et merveilleuse (et ses effets bien sûr).




J'ai fait une autre macération dans l'huile de jojoba avec le ciste de France (tout aussi merveilleux, merci Sylvie!) + ce qui restait du ciste du Portugal. Pour le ciste, l'huile de jojoba n'est définitivement pas le meilleur extracteur, mais on va y croire!

Bilan du printemps / été 2015 :

Macérat de plantain sur coco fractionnée (intermédiaire alcoolique)
Macérat de millepertuis sur coco fractionnée
Macérat de jeunes pousses de sapin baumier sur huile d'olive bio
Macérat de camomille allemande sur jojoba
Macérat de calendula sur coco fractionnée (2ème batch)
Macérat de lavande sur jojoba
Macérat d'achillée millefeuille sur coco fractionnée (intermédiaire alcoolique) (efficacité impressionnante pour moi en massage pour les crampes menstruelles)
Macérat de pétales de roses sur jojoba (intermédiaire alcoolique)
Macérat de ciste sur jojoba

Teinture de millepertuis (alcool 94%)
Teinture de ciste (alcool 94%)


Je ne détaillerai pas le "comment" pour les teintures, puisque je ne les fais que pour usage cosmétique et que je ne suis pas herboriste, ni naturopathe, ni phytothérapeute. Le but est d'intégrer un peu de ces teintures dans des baumes et des crèmes.

Le vent souffle et les feuilles commencent déjà à changer de couleur. 

Suis prête pour le froid : j'ai du karité ;)

ET PLEIN DE MACÉRATS!