mardi 25 août 2015

La savonnerie!

Il y a la fille au sens de l'humour immanquable...
La femme incarnée et savante à la générosité sans mesure...
La dame au nez qui ne manque aucune subtilité...
La poète qui aime le vert, qui l'aime d'amour...
Celle qui vit à l'autre bout de la planète, discrète et intelligente...
L'autre qui inspire à force d'aimer la vie et qui crée et crée et crée...
La femme aux vignes qui voit l'automne arriver...
Il y a celle qui te souhaite toujours la bienvenue et qui se souvient de ton anniversaire...
Celle qui se lève un matin et se dit : "Tiens, j'ai une envie de savon".

En France (et peut-être ailleurs dans la francophonie), elles sont savonnières.
Au Québec, elles sont savonneuses.
Peu importe, quand monte l'envie de faire un savon, toutes, elles disent qu'elles savonnent.
Quand l'envie monte, la savonnière/savonneuse se replie sur elle-même, concentrée, méthodique, protégée contre la soude, dans sa bulle pour faire des bulles...

Mais c'est qui, cette femme?

Elle est passionnée, ça oui, peut-être même un peu obsessive? Mesurée, car qui pourrait réussir une opération aussi délicate sans mesure?

Elle est à la fois patiente et impatiente. Là peut-être réside toute la contradiction qui l'habite. Car il faut être patiente pour faire des savons, attendre pour démouler, attendre pour s'en servir...

Et quand ça savonne, ça papote! C'est que ça a du verbe, une savonneuse, et ça veut partager! À défaut d'avoir les anciennes cours arrières qui servaient de point de ralliement pour les réunions des femmes, à faire du lavage ou des savons, elles se branchent maintenant sur des groupes FB, des forums, des blogs... Ingénieuse femme qui réussit à utiliser les moyens d'aujourd'hui pour poursuivre le dialogue!

Alors... On papote?

Il y a 3 semaines, j'ai fait mon premier savon, surmontant ainsi une grosse peur de la soude.

Ça a donné ça (ils sont toujours en cure) et j'ai eu la chance et le privilège de parler de ma première expérience savonnesque ici.


Ensuite, j'en ai refait... Pour des petits bébés à venir...


Puis cette semaine, prise d'une inspiration inexplicable, j'ai fait une macération huileuse de pétales de roses avec intermédiaire alcoolique sur huile de jojoba. Pas sûre que ce soit la meilleure huile ni la meilleure plante pour une macération de ce type, mais je veux l'utiliser dans des crèmes pour le visage et des baumes à lèvres. Bref, après avoir broyé mes pétales, il est resté un magma rouge-rose que je n'ai pas eu le coeur de jeter.


Puis je me suis souvenue : hey, je sais faire des savons!

Ayant lu quand même beaucoup, je savais bien que la couleur ne survivrait pas, mais une formule me travaillait l'intérieur après avoir reçu ceci par la poste :

(Photo empruntée de l'article original, car mon savon a été englouti si vite que je n'ai pas pu faire de photo)


Alors j'ai voulu reproduire la formule pour profiter encore de cette douceur et "recycler" mes roses broyées. Hélas, je n'avais ni huile de son de riz ni huile de soya, j'ai remplacé par de l'huile de canola. Voici la formule :

30% huile d'olive extra vierge bio
30% huile de noix de coco extra vierge bio
15% huile de canola
12% beurre de karité bio
8% beurre de cacao en pastilles bio
5% huile de ricin bio

Surgras calculé à 5% en tenant compte du reste d'huile dans les roses broyées.
Essence aromatique d'hibiscus de chez Coop Coco : 1 cuillère à thé


Une fois la pâte versée dans les moules, j'ai tout recouvert d'une pellicule plastique et d'une serviette pour plus de 24 heures et j'ai mis au congélateur pour un autre 24 heures avant de démouler. Fait curieux : la même pâte dans des moules différents a donné des savons de couleurs différentes. Ou plutôt devrais-je dire de teintes de brun différentes!!


Parce que, bien sûr, madame Soude a pris tout le rouge, tout le rose, pour rendre du brun. En 2 teintes quand même. On ne dira pas qu'elle n'est pas généreuse...

Et la fragrance d'hibiscus?

Y a de l'espoir, mais l'arôme est très léger...

11 commentaires:

patsch a dit…

Un véritable hymne à ton amour naissant pour le monde de la savonnerie !
Tu as su trouvé celles dont le sens du partage fait écho au tien :-)
Tchin, tchin , je lève mon verre à la passionnée que tu es !

Anonyme a dit…

Très beaux tes savons :) et merci de nous rendre hommage. ..
Ha les plantes dans les savons ,on obtiendrez jamais la même chose ...
Bises
Sylvie

Sabrina K. a dit…

Tchin tchin ;)

Sabrina K. a dit…

Merci Sylvie, une pensée pour toi en cette période intense pour toi.

michele a dit…

C'est toujours un régal de te lire et de chercher à décrypter les premières lignes!
Le recyclage permanent de tout ce qui nous tombe sous la main dans les savons aide aussi à éviter le gaspillage effarant.

Ma chère Sabrinak, tu n'as pas fini d'en faire je crois bien ^_^


Sabrina K. a dit…

Oh non, pas fini d'en faire... Le virus est sorti de sa période d'incubation et s'est bien répandu, je souffre de savonnage aigü ;) Merci, femme incarnée...

venezia a dit…

Sabrina,
C'est ma troisième tentative pour te laisser un commentaire, car ça bugue!

Le rouge en savonnerie est une vraie quête du Graal avec des produits naturels; à ma connaissance, à part les oxydes et la poudre de rhubarbe de Chine, on a du marron ou au mieux du beige rosé. il y a aussi l'aker fassi marocain ou tunisien, mais on ne sait pas trop ce qu'il y a dedans, malgré les allégations végétales (poudre de coquelicot)
Je viens de tenter avec de la poudre de garance indienne mélée à du curcuma (cocktail utilisé pour avoir du rouge pour les teintures végétales): j'ai obtenu un joli beige rosé poudré…
Quant aux extraits aromatiques naturels, hum, ça ne vaut pas le coup dans les savons, sauf si tu prépares toi même un extrait concentré (sur huiles) d'épices fortes: cannelle+ clous de girofle par ex (ou le mélange pour pain d'épices qui contient ces deux là d'ailleurs)
Merci pour ton éloge enthousiaste du clan -au plutôt du gang… - des savonnières!.

Sabrina K. a dit…

Mystère de Blogger, ces bugs. Je crois que ça ne pose pas de problème quand on passe par un profil Google+ pour commenter, mais ce n'est pas tout le monde qui a envie d'être sur des réseaux sociaux.

J'ai vu passer sur un groupe auquel j'appartiens un rouge vraiment rouge. La créatrice du savon a dit que c'était le rouge d&c de Manske en Allemagne. Je n'ai aucune idée de ce que c'est, mais le résultat sur la photo est impressionnant.

Étonnamment, l'extrait aromatique d'hibiscus est resté présent. Discret, mais bien là. J'adore l'idée de concentrer des épices dans l'huile, je retiens, merci! En ce moment, j'ai une macération de gingembre en cours (pour mes douleurs de sportive), je vais peut-être en prélever un peu pour y mettre cannelle et girofle et piment de jamaïque.

C'est drôle, je parcourais ton blog juste hier à la recherche d'un parfum embaumant :)

La Maison De Loulou a dit…

le rouge d and c de manske c'est ici http://www.manske-shop.com/Farben/D-C-Farben/ mais pour l'instant il n'y en a plus ^^
j'admire tes savons et surtout ta patience, je pense ne jamais jamais faire comme toi, avec soude et compagnie, je ne sais pas pourquoi mais je ne me "sens" pas !! je suis en mode melt and pour, c'est simple, facile, rapide et je m'amuse....c'est vrai que ça ne vaut pas les magn,ifiques savons fabriquée de a à z comme ceux que tu fais, mais bon, on verra si un jour je me lance.... bisous bisous, loulou (de google+) ^^

Sabrina K. a dit…

Merci d'être passée par ici et encore plus pour le gentil commentaire! :)

Sabrina K. a dit…

Mais attends, es-tu la Loulou de Potions? Ça m'étonnerait puisque tu mets des recettes avec eau et soude sur Potions, mais la couture, le profil, tout le reste concorde...