jeudi 11 juin 2015

Le baume au plantain

Après avoir fait macérer du plantain dans de l'huile de coco fractionnée, je me suis vraiment demandé si j'allais choisir une méthode minimaliste pour un premier onguent/baume du genre (lire "thérapeutique")
OU
Si j'allais me lancer dans toutes ces subtilités et nuances que je découvre sur Potions et Chaudron, avec plein d'ingrédients qui donnent envie de sortir de sa zone de confort...

Après tout, des baumes, ça fait un petit bout de temps que j'en fais maintenant...

Puis cette lecture qui m'a donné envie de garder ça simple... Parfait pour la débutante que je suis! J'aime quand c'est simple, c'est déjà bien assez compliqué dans ma tête comme ça!

Pour la petite histoire, le plantain, ça a l'air de ça :


J'ai cueilli les feuilles sur la route entre la garderie et la maison, à même le gazon. J'ai pris les feuilles les plus tendres et les moins abîmées. Je les ai soigneusement rincées et je les ai laissées sécher quelques heures. Puis prise d'impatience, j'ai broyé les feuilles au Magic Bullet, mis dans un pot en verre et ajouté un fond de bouteille d'huile de coco fractionnée. J'ai laissé macérer 3 jours. Ce n'est pas assez, mais j'étais inquiète qu'avec tout ce "jus" résiduel du broyage, ça se mette à fermenter. Alors j'ai mis au bain-marie pendant 3-4 heures à feu très doux et j'ai filtré 2 fois, une fois avec un tissu en coton et ensuite avec un fitre à café dans un entonnoir (faut pas être pressée, c'est un peu long).

J'ai donc filtré 53g de macérat de plantain.

Je vous invite à vous souvenir que je ne suis qu'une débutante qui partage ses expériences et explorations. Je prends des risques, je gagne de l'expérience, et il y a des FAIL. Je crois que pour jouer safe, il vaut peut-être mieux commencer les macérations huileuses à froid sur plusieurs semaines avec des plantes séchées et de faire les macérations huileuses avec plantes fraîches à chaud. Juste une question de gros bon sens, mais je peux me tromper. Je réalise à cet instant même que j'ai intégré beaucoup plus d'information que je croyais de cette lecture. C'est fou!

Bref, ça a donné ça :


Donc si je prends le calcul sur le blogue de Christophe Bernard (ci-haut) : 12g de cire d'abeille pour 100g d'huile = 6,34g de cire d'abeille pour 53g de macérat huileux de plantain. J'ai eu en cadeau d'une collègue de travail une magnifique cire d'abeille, qui vient directement de chez l'apiculteur. Contrairement aux autres cires d'abeille jaune (en bloc) achetées, elle sent très bon, est beaucoup moins collante et se râpe facilement.


Après ça, facile. On met la cire d'abeille avec le macérat de plantain au bain-marie et on laisse fondre


En retirant du bain-marie, j'ai ajouté 25 gouttes d'huile essentielle de lavande vraie et 4 petites gouttes d'HE de tea tree. Je me suis dit que ça ne pourrait pas nuire... Puis j'ai coulé dans des pots en métal, ceux que j'avais sous la main ;)


Une fois refroidi


Ce baume / onguent a pour mission de calmer les démangeaisons dues aux inévitables piqûres de mouches noires, maringouins et autres irritant ailés (ou non) qui viendront nous rappeler que chaque saison vient avec ses surprises. Après tout, au Québec, ce que je remarque, c'est qu'il y a 2 semaines de bonheur en mai, 2 semaines de bonheur en septembre et le reste du temps, on se plantain euh plaint ;)

18 juillet 2015

Psst. Psst. J'ai tenté la macération avec intermédiaire alcoolique (voir article ci-haut) avec du plantain qui avait séché 3 jours. Voulez-vous voir la couleur? C'est juste ouf!


9 commentaires:

Anonyme a dit…

Ton baume à une très belle couleur ☺et tu racontes de façon très agréable. Merci Sylvie ☺

Sabrina Kulenovic a dit…

Merci! :D

Mary a dit…

Bonjour, je me demandais, comment tu conserve ton baume une fois fini ? (Température pièce, frigo...) et combien de temps il reste bon ?

Sabrina Kulenovic a dit…

Bonjour, je le conserve dans un contenant opaque à la température pièce et je ne saurais te dire encore combien de temps il reste bon. Par contre, si je me fie à mes lectures et expérience avec mes autres produits anhydres (sans eau), ça peut durer plusieurs mois.

Mary a dit…

Merci ! C'était surtout savoir si je devais le garder au frigo ou non qui m'embêtais :)

Sandrine a dit…

Bonjour Sabrina,
c'est amusant, à te lire je me vois faire exactement le même chemin que toi :) j'en suis aussi rendue aux macérâts, le plantain est celui que j'ai très envie de faire, je crois que je vais m'y mettre très bientôt !
Sandrine

Sabrina Kulenovic a dit…

Bonjour Sandrine,
Yes, une copine de parcours! C'est gratifiant, les macérations. Dans le cas du plantain, c'est surprenant quand on voit effectivement les piqûres de moustiques désenfler. J'en suis à ma troisième fois avec le plantain (je fais des petites quantités) et je suis mordue de la méthode avec intermédiaire alcoolique, avec la plante un peu séchée. La couleur est wow! Merci d'être passée chez moi :D et à bientôt!

Sandrine a dit…

Pour l'instant mes macérations macèrent (souci, camomille et millepertuis), j'ai bien hâte de les essayer ! La macération avec intermédiaire alcoolique a l'air en effet bien intéressante, que de tests en perspective ! Je lorgne sur la reine des prés mais je crois que j'ai raté la floraison, il faudra que je la trouve chez une herboriste.

Sabrina Kulenovic a dit…

La reine des prés, quelle fleur magnifique! ;)