mardi 10 février 2015

Culte de la beauté éternelle, signe d'un déséquilibre?

** WATCH OUT **

**MONTÉE DE LAIT**

Aujourd'hui, l'apprentie-artisane de produits de beauté bio s'exprime en tant qu'intervenante jeunesse et sort son langage de psychologie et de psychanalyse. Soyez avertis!

Je me sens souvent révoltée, écoeurée, découragée. Je suis entourée de personnes extraordinaires, avec des valeurs solides et inspirantes, qui se permettent des changements de vie, des transformations (de l'intérieur), des moments de doute, des violentes maturations... Je vois la beauté de ces personnes, je les trouve rayonnantes, émouvantes. Cette beauté, je la perçois dans le regard, dans une façon d'habiter ce corps qui est le leur, dans la façon qu'ils ont d'être présents, d'être vivants, vulnérables et vrais.

C'est pour ça que je me sens impuissante et triste si je vois certaines de ces personnes être malheureuses, complexées, en quête d'un produit miracle qui arrêtera le temps, qui effacera les marques, qui leur fera avoir 20 ans malgré leur 30, 40 ou 50 ans. Quand je vois des hommes fabuleux s'identifier à leur corps de muscle comme autant d'armures protectrices, délaissant d'autres chemins qui les rendraient peut-être plus heureux.

Cela dit, je vois une grande différence entre se donner de la douceur, prendre soin de sa peau, de son corps et investir la majeure partie de son identité dans son apparence extérieure. Apparence, disons-le, sur qui la vie et le temps laisseront des marques. On n'échappe pas au temps. L'industrie cosmétique l'a bien compris, y a qu'à voir les pubs! On nous vend du déni. On veut y croire. On pense que si l'enveloppe est jolie, le reste ira bien.

Hum hum.

Vraiment?

Et si le culte de la beauté et de la jeunesse éternelle n'était qu'une névrose de notre temps? Et si ce culte socialement valorisé cachait juste l'angoisse du vide, de la mort? Il faut voir combien de programmes télévisés célèbrent la construction d'un corps de muscle, la perte de poids, les make-over, le maquillage qui camoufle, la lutte contre les taches de vieillesse, les rides, la peau flétrie, la guerre aux varices, à la cellulite... Il faut voir combien on tombe dans le piège, combien d'efforts on met pour réparer l'extérieur, dans l'espoir, peut-être, que ça ira mieux en dedans.

Ça m'inquiète.

Et quand le temps laisse sa trace sur nous, que reste-t-il? L'angoisse? L'impression d'être "fini-e"? De ne pas avoir sa place dans le monde? La mort en face?

Qu'est-ce qu'on gagne à tenter de prolonger l'adolescence le plus longtemps possible? Est-ce que c'est pas paniquant de prendre comme modèle de beauté le corps d'une adolescente de 14 ans? D'un garçon avec des gros bras bien musclés? Qu'est-ce que ça véhicule comme message?

Bah oui. Ça m'inquiète vraiment.

Surinvestir l'enveloppe au détriment du contenant, ça m'apparaît comme un signe de déséquilibre, d'une angoisse intense de vide et de finitude. Oui, la beauté. Se bichonner juste parce que ça rime avec se materner, tout en douceur. Mais pas au prix de ton âme.

Non?

Non!

vendredi 6 février 2015

Une crème hydratante karité-lavande! (revu et corrigé)

Salut et merci de me lire! :)

Aujourd'hui, je vais vous parler crème. La plupart d'entre vous êtes déjà conscientisés sur l'industrie cosmétique et son utilisation discutable de produits dont l'effet cumulatif et à long terme est tout aussi discutable. Si ça vous intéresse et que vous souhaitez plus d'information, vous pouvez commencer par consulter cette page http://www.davidsuzuki.org/fr/champs-dintervention/sante/enjeux-et-recherche/substances-toxiques/les-12-ingredients-a-eviter-dans-les-produits-de-beaute/ sur les produits à éviter en cosmétique. Si vous lisez attentivement la liste des ingrédients de vos cosmétiques, il est possible que vous dépistiez quelques-uns (ou beaucoup!) de ces produits. Ils sont partout!

Heureusement, il y a des alternatives et la mienne, c'est de fabriquer moi-même mes crèmes, baumes et déos pour toute la famille. Et mes amies, amis. Leurs enfants. Mes collègues. Et tous ceux que ça intéresse. Ça me plaît énormément qu'ils me racontent leur peau et chercher une formule qui leur conviendra, dans mes temps libres.

Bref. Comme j'ai déjà dit, fiston #2 a une peau extra sensible et réactive. Là, avec le froid, ses joues deviennent deux grandes plaques rouges, sèches et irritées. J'ai donc cherché une formule pour apaiser ses joues sans qu'elle coûte la peau des fesses! Parenthèse : faire des cosmétiques bio de haute qualité n'est pas économique, qu'on se le dise! J'ai fini par concevoir un heureux mélange que je vais partager avec vous, une crème karité-lavande. Elle est hydratante, apaisante, réparatrice et parfaite pour l'hiver! Et pas trop riche!

J'ai appris à faire des crèmes en fouillant l'internet, alors je ne vais pas tout détailler. Je vais plutôt partager mes sources principales d'information. En résumé, pour faire une crème, ça prend une phase aqueuse, une phase huileuse, un émulsifiant (dont la fonction est de mélanger l'eau et l'huile), des actifs et un ou des conservateurs naturels.

Pour débuter, j'ai appris ici : http://byreo.canalblog.com/archives/2012/11/08/25532969.html

Pour faire une ÉMULSION, moment où on mélange l'eau et l'huile et que magie! Ça devient une crème! J'aime cette façon-ci (ne pas se soucier de la recette, seulement la méthode) : https://www.youtube.com/watch?v=Dbh4lR-7EbY&list=UUHwNiNmQaS8Gw6oOVVhOnig#t=12

Pour concevoir, chercher, créer : http://byreo.canalblog.com/archives/2009/07/11/14358672.html ou dans le genre OUT-OF-MY-LEAGUE pour l'instant mais ô combien riche en inspiration et information : http://www.potions-et-chaudron.com/

Pour en savoir un peu plus sur certaines huiles végétales en cosmétique : http://www.oleassence.fr/les-huiles/huiles-vegetales

Les sources peuvent se multiplier à l'infini, alors j'en reste là pour aujourd'hui ;)

Alors, ma recette de crème *hydratante d'hiver* pour toute la famille :

Phase aqueuse

Eau de source, eau bouillie ou eau filtrée (Brita) 35%
Hydrolat de lavande 15%
OU
Eau de source, eau bouillie ou eau filtrée (Brita) : 50%
Gel d'aloès 8%
Glycérine végétale 4%

Phase huileuse

Beurre de karité 10%
Huile de jojoba 8%
Macérat de calendula (dans coco fractionnée) 8%
Huile de noisette 8%
Émulsifiant Olivem 1000 : 4%

Conservateurs et actifs

Cosgard 0,5%
Vitamine E : 0,5%
Huile essentielle de lavande vraie (ajout optionnel si on utilise l'hydrolat, qui parfume déjà légèrement la crème) : entre 10 et 25 gouttes, au goût.

Pour les plus petits budgets, on peut changer la phase huileuse pour :

10% beurre de karité
24% huile d'amande douce
4 à 8% de n'importe quelle cire émulsifiante

Un peu d'info sur le comment du pourquoi du choix des huiles : le macérat de calendula pour ses vertus apaisantes quand il y a eczéma et/ou plaques sèches, le karité pour ses propriétés régénératrices et cicatrisantes, l'huile de jojoba pour son aspect protecteur, l'huile de noisette parce que je l'aime, bon! Voilà!

Il ne manque à cette crème qu'un aspect légèrement filmogène pour faire écran lorsqu'on va dehors et que l'hiver nous envoie son souffle glacé au visage, je crois qu'un peu de cire d'abeille ajouté à la phase huileuse aurait cet effet, ce sera à essayer...

En photo, étape par étape...

On prépare la surface, les ingrédients, après avoir tout désinfecté à l'alcool 99º










La crème est prête! On ajoute l'huile essentielle.



On mélange une dernière fois et on met dans les pots.


On étiquette, en mettant les ingrédients du plus au moins en volume, ainsi que la date de fabrication.


La crème peut durer quelques semaines à quelques mois à température ambiante. Chez moi, elle est consommée trop rapidement pour parler de date d'expiration! Si on veut s'assurer qu'elle dure, on la garde au frigo et on essaie de ne pas y mettre les mains, mais plutôt prélever la quantité requise avec une petite spatule propre.

Alors, ça vous donne envie d'essayer? Je vous préviens, c'est ultra gratifiant! Et ça sent bon dans la maison!